Mercredi 28 octobre

Coronavirus : la problématique de la garde alternée

0
Le confinement a amené la quasi-totalité des Français à revoir l’organisation de leur quotidien. Pour les parents séparés, la garde alternée soulève de nouvelles questions en cette période de confinement. Isabelle, séparée du père de son fils Corentin, nous raconte comment elle s’organise avec Philippe, son conjoint afin d’accompagner au mieux son enfant dans cet épisode de crise sanitaire.
« Il a compris que le confinement était une mesure grave »

« On a voulu que Corentin regarde avec nous le discours du président de la République », racontent Philippe et Isabelle. Leur but était que l’enfant de dix ans comprenne le plus tôt possible « l’importance de la situation ». Le 13 mars dernier, quand Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles « jusqu’à nouvel ordre », Corentin est triste. « Il est enfant unique, pour lui arrêter l’école, c’est ne plus du tout voir ses copains ». Et lorsque le lundi suivant, le Président de la République annonce les mesures de confinements, l’enfant, très attaché à ses deux parents, a peur de ne plus pouvoir se rendre chez son père. « Il a compris que le confinement était une mesure grave et il s’est tout de suite mis à pleurer » se souvient Isabelle.

Isabelle et son ex-conjoint s’appellent et décident d’abord de laisser Corentin chez un seul d’entre eux tout le long du confinement. Mais pour Corentin, au moment de choisir, c’est de nouveau la crise de larme. « Il a besoin de voir ses deux parents. On a donc décidé finalement de garder le rythme habituel d’une semaine chez chacun. »


« Des journées bien remplies entre l’école à domicile et les occupations »

Si du haut de ses dix ans Corentin a compris que le virus a très peu de chance de l’atteindre, il a néanmoins vite compris qu’il pouvait tout de même être « porteur sain » et contaminer sa famille notamment sa mère Isabelle, actuellement enceinte. « Le discours du Président a été une prise de conscience pour lui. Il a bien compris qu’on ne pouvait pas aller voir la famille, qu’il fallait être très prudent et respecter les règles », explique Philippe, le beau-père de Corentin.

Isabelle et Philippe habitent une maison au coeur de la campagne messine. Le confinement ne les empêche pas de profiter avec l’enfant du retour des beaux jours. Des occupations qu’il peut partager aussi avec sa mère et son beau-père, tous deux en télétravail. « Il a des journées bien remplies entre l’école à domicile et les occupations familiales. Nous veillons à ce qu’il respecte son rythme de sommeil. Et nous nous sommes mis d’accord avec mon ex-conjoint pour que les règles soient les mêmes ici et chez lui ». 

En cette période de confinement, il s’agit aussi de s’occuper en famille. Pour cela, Isabelle et Philippe, adepte des jeux de société ont ressorti les plateaux et les dés afin de partager chaque jour un moment convivial, ce que nous confirment Philippe et Isabelle : « C’est important aussi pour l’enfant de montrer que la vie doit continuer même en s’adaptant. »

Partager

Les commentaires sont fermés.